2013-11-14 Centre « Dumitru Staniloae »: Pr. Yvan Koenig – Patristique. Les courants philosophiques et religieux dans l’Empire. (audio+)

24 novembre 20130 commentaires

2013-11-14 Centre « Dumitru Staniloae »: Pr. Yvan Koenig – Patristique. Les courants philosophiques et religieux dans l’Empire. (audio+pdf)

Yvan-KoenigLa deuxième conférence de Patristique du professeur Yvan Koenig en la nouvelle année universitaire 2013-2014 au Centre Dumitru Staniloae traite de la question très difficile des courants philosophiques et religieux dans l’Empire chrétien.

Yvan Koenig assure les cours de Patristique (voir programme par date ou programme par conférencier) dans le cadre du Centre Orthodoxe d’Études et de Recherche « Dumitru Staniloae » (année universitaire 2013-2014).

Résumé du deuxième cours : philosophie et mystique païenne au IVe siècle

L’utilisation de la philosophie à l’époque peut se résumer en deux emplois principaux :

1. Scolaire et élaboration de problématiques abstraites.

2. La philosophie comme mode de vie.

À ces emplois s’ajoutent ceux qui dérivent des croyances populaires en l’astrologie et dans le destin.

1. L’emploi de la logique dans les controverses théologiques : par exemple l’arianisme qui explique que s’il y a un Père et un Fils, le Père est antérieur au Fils et il y eut un temps où le Fils n’était pas.

Les débats philosophiques à l’époque de Théodose ont des conséquences théologiques par exemple : l’âme est-elle antérieure à l’embryon (platonicien), ou lui est elle contemporaine (aristotélicien).

Sur l’âme et sa structure, ses parties ou « puissances » je vous invite à écouter la deuxième conférence sur saint Jean Cassien qui est sur le site d’Apostolia TV, et de tirer le tableau « la vie spirituelle selon Évagre le Pontique » qui modèle son ascèse sur cette conception de l’âme.

2. La philosophie comme mode de vie, par exemple Plotin qui a une conception hiérarchisée de l’univers avec au sommet l’Un ineffable et indicible duquel émane l’intellect ou nôus, duquel émane l’âme du monde qui a une fonction créatrice.

Ces niveaux de la réalité se retrouvent dans l’individu lui-même. Car l’âme de l’homme touche quelque part à l’intelligible. Donc l’âme est divine, et l’homme doit s’efforcer de « faire remonter le divin qui est en lui », or ce qui caractérise le divin c’est la vertu, car « Dieu sans la vertu n’est qu’un mot ». Donc en menant une vie vertueuse l’homme « imite le dieu ». C’est là le but de la vie humaine pour Platon : fuir le monde imparfait et soumis au changement, pour se rapprocher du divin autant qu’il est possible.

Le néo-platonisme de Plotin inspirera directement l’hérésie d’Eunome, qui remplace la trilogie hiérarchisée de Plotin Un/ Intellect/ Âme par Père/ Fils/ Esprit.

C’est un développement de l’arianisme dans lequel il y a une hiérarchie entre les Personnes divines, qui ne sont pas non plus de même essence.

3. Les croyances populaires et la mystique païenne :

Le monde selon les Anciens - d'après

Le monde selon les Anciens – d’après Les Pères de l’Église et l’Astrologie, collection Migne « Les Pères dans la foi », Paris 2003, p. 24

L’homme n’est pas libre, mais subit les influences des astres et en particulier des sept planètes qui évoluent chacune sur une sphère. L’âme de l’homme, d’origine divine a chuté du monde divin au-delà des sphères, pour choir sur terre en se revêtant des caractéristiques des différents planètes. Par conséquent sa libération sera d’abord une prise de conscience ou connaissance (gnose) de son origine divine, et une remontée au travers les sphères jusqu’au Dieu primordial.

Certains courants vont alors expliquer que le monde est mauvais, car matériel, et le démiurge un dieu mauvais. Ce sont certains courants gnostiques et le manichéisme qui prendra le relais de la gnose au IVe siècle. Saint Augustin sera d’abord manichéen.

Le débat entre Porphyre et Jamblique et le débat entre un philosophe qui reste dans la lignée de la philosophie de Plotin et Jamblique qui veut intégrer les pratiques et croyances populaires dans la philosophie. Il influencera Julien l’Apostat.

Voici donc les principaux points à retenir de cette philosophie et mystique païenne de l’époque.

Écouter

Écoutez en podcast audio – l’enregistrement une heure et 10 minutes de conférence.

[ Cliquez sur la flèche du player pour commencer à écouter l’audio. ]

Télécharger

Téléchargez le fichier audio mp3 (16 Mo): 2013-11-14-cds-yvan-koenig-courants-philosophiques-religieux-empire-32.mp3.

Fichiers cours

Dans: AudioCentre "Dumitru Staniloae"
Mots-clé:

Sur l'auteur ()

Retraité depuis peu, Yvan Koenig a été chercheur au CNRS, enseignant à l’EPHE et à l’Institut Catholique. Égyptologue, il s’est spécialisé dans le déchiffrement et la publication des papyrus. Il a également traduit du grec moderne plusieurs ouvrages de spiritualité orthodoxe publiés aux éditions de l’Âge d’Homme et aux éditions du Cerf. Il est professeur invité à l’Institut Saint Serge (théologie ascétique).

Laisser une réponse

Back to Top