2017-04-26 Centre « Dumitru Staniloae »: Yvan Koenig – Patristique. Saint Grégoire Palamas. 4e séminaire 2e cycle (master)

4 Mai 20175 commentaires

2017-04-26 Centre « Dumitru Staniloae »: Pr. Yvan Koenig – Patristique. Saint Grégoire Palamas. 4e séminaire 2e cycle (audio mp3, podcast et vidéo)

Pr. Yvan KoenigQuatrième séminaire de Patristique, 2e cycle (master), du professeur Yvan Koenig, dans l’année académique 2016-2017, sur Grégoire Palamas: Le Filioque.

Le Pr. Yvan Koenig assure les cours de Patristique (voir les programmes des cours du 1er semestre et 2e semestre) dans le cadre du Centre Orthodoxe d’Études et de Recherche « Dumitru Staniloae » (année universitaire 2016-2017).

Écouter

Écoutez la conférence en podcast audio: 1 heure et 22 minutes de conférence.

[ Cliquez sur la flèche du player pour commencer à écouter l’audio. ]

Télécharger

Téléchargez le fichier audio mp3 (41 Mo): 2017-04-26-cds-yvan-koenig-patristique-palamas-master.mp3.

Résumé du cours

Le Filioque :

La réfutation du « Filioque » est au cœur des deux « Traités Démonstratifs » rédigés par le saint en 1334, alors que des négociations avec l’Église latine se déroulaient à Constantinople. Cet ajout du Filioque au Symbole de foi, est approché par le saint selon différents aspects, car une « petite variante » concernant le principe commun à toutes choses, peut être la source de quantités d’absurdités.

1. Le point de vue ecclésiologique :

Le saint souligne que le Symbole de foi « enceinte de la piété » a été entériné tel que nous le connaissons par plusieurs conciles œcuméniques, auxquels participait aussi le pape de Rome. Le concile de Chalcédoine proclama anathème quiconque modifierait le Symbole. Une Église locale ne peut en aucun cas modifier ce Symbole qui entérine la vision commune de l’Église. Il faut donc commencer par le retirer et, éventuellement, en discuter en commun avec les différents Églises locales, car la manière d’agir de l’Église n’est jamais arbitraire, locale ou individuelle.

2. Du point de vue théologique, le saint souligne les confusions que cet « ajout » entraîne.

Parmi les différents reproches, l’accusation permanente faite à la théologie latine filioquiste par les théologiens orthodoxes, revient l’accusation de confondre les Personnes divines et leurs propriétés. Le point principal portant sur la « monarchie » du Père au sein de la Trinité ; le second point insiste sur la nécessité de ne pas confondre le point de vue « théologique » qui concerne la vie de la Trinité, avec celui de l’économie, qui se rapporte à la création. La confusion des deux entraînant une confusion des propriétés hypostatiques avec les propriétés naturelles.

3. Le saint revient aussi sur les sens des prépositions ek « de » et dia « par ». Mais aussi sur le fait qu’il faut distinguer l’ordre des Personnes selon l’économie et celui de la théologie ; là aussi la confusion des deux niveaux est source de confusions.

4. Durant toute cette discussion le saint va approfondir la distinction entre l’essence et l’énergie, ainsi que le rôle des propriétés hypostatiques. Selon l’hypostase le Père fait procéder l’Esprit mais celui-ci manifeste son énergie dans l’économie par le Fils. La manifestation dans l’économie ayant toujours lieu « pour une cause », alors que la procession de l’Esprit par le Père est sans cause. De la même façon, dans l’économie, le Fils n’envoit pas l’hypostase de l’Esprit, mais bien son énergie.

5. Bien sûr le Fils subsiste de toute éternité avec l’Esprit Saint car celui-ci coexiste et se repose naturellement en Lui. Mais comme le dit saint Jean Damascène : « En tant qu’Esprit, nous disons qu’il est du Fils, sans dire qu’il est issu du Fils. » (La Foi Orthodoxe, I, 8).

6. Il admet aussi que l’Esprit puisse exister aussi de l’essence du Fils, comme le souligne saint Cyrille d’Alexandrie, « mais uniquement selon l’hypostase du Père ».

On peut dire que saint Grégoire admet toute relation entre le Fils et l’Esprit, sauf celle selon l’origine hypostatique. Le Fils est engendré et l’Esprit procède.

Par la suite, le saint nous introduit dans l’existence dynamique de la divinité, qui contraste avec l’idée simpliste de Dieu comme essence close. Il souligne qu’il y a une vie interne de la Trinité, la divine économie n’étant qu’une partie de l’œuvre de Dieu, l’œuvre temporelle dissimulant et révélant la richesse infinie de la gloire trinitaire, la relation d’amour entre les Personnes divines, leur séjour réciproque et le retour de Dieu vers lui-même : « La suprême bonté qui s’épanche à partir d’elle-même, vers elle-même, sans écoulement.» Cet ineffable amour qui caractérise la communion des Personnes divines, et auquel les êtres créés sont invités à participer, par leur création et leur recréation dans l’Esprit. C’est là aussi le sens profond de la prière hésychaste que nous aborderons la prochaine foi.

Yvan Koenig

Bibliographie choisie

  • Saint Grégoire Palamas, Traités démonstratifs sur la procession du Saint-Esprit, textes traduits en annotés par Yvan Koenig. Introduction de Jean-Claude Larchet, Éditions du Cerf, collection Patrimoines, 2017.

Vidéo

Dans: AudioCentre "Dumitru Staniloae"Centre "Dumitru Staniloae"Video
Mots-clé:

Sur l'auteur ()

Retraité depuis peu, Yvan Koenig a été chercheur au CNRS, enseignant à l’EPHE et à l’Institut Catholique. Égyptologue, il s’est spécialisé dans le déchiffrement et la publication des papyrus. Il a également traduit du grec moderne plusieurs ouvrages de spiritualité orthodoxe publiés aux éditions de l’Âge d’Homme et aux éditions du Cerf. Il est professeur invité à l’Institut Saint Serge (théologie ascétique).

Commentaires (5)

Trackback URL | RSS Feed pour les commentaires

  1. Horacio Boló says:

    Pardon mais il y a un bruit de fond tres génant

  2. Laurent says:

    Merci Apostolia TV, en effet, je me demandais si vous alliez retravailler l’audio, qui était déficient dans la version vidéo. Bravo pour tous vos efforts, nous vous en sommes vraiment reconnaissants !

Laisser une réponse

Back to Top