2017-11-13 Centre « Dumitru Staniloae »: Yvan Koenig – Patristique. La mystique syriaque (1): Les origines. Séminaire 2e cycle (master).

18 novembre 20170 commentaires

2017-11-13 Centre « Dumitru Staniloae »: Pr. Yvan Koenig – Patristique. La mystique syriaque (1): Les origines. Séminaire 2e cycle (audio mp3, podcast et vidéo)

Pr. Yvan KoenigPremier séminaire de Patristique, 2e cycle (master), du professeur Yvan Koenig, dans l’année académique 2016-2017, sur La mystique syriaque (1): Les origines.

Le Pr. Yvan Koenig assure les cours de Patristique (voir le programme des cours du 1er semestre 2017-2018) dans le cadre du Centre Orthodoxe d’Études et de Recherche « Dumitru Staniloae » (année universitaire 2017-2018).

Écouter

Écoutez la conférence en podcast audio: 1 heure et 25 minutes de conférence.

[ Cliquez sur la flèche du player pour commencer à écouter l’audio. ]

Télécharger

Téléchargez le fichier audio mp3 (54 Mo): 2017-11-13-cds-yvan-koenig-patristique-mystique-syriaque.mp3.

Présentation de la première conférence sur la mystique syriaque (13 novembre 2017)

La Syrie et l’Iraq actuels où les chrétiens font l’objet d’un génocide, ont été par le passé le berceau d’une spiritualité et d’une culture chrétienne syriaque qui est probablement la plus ancienne du monde. Cette chrétienté se divisait en deux parties : la première était centrée sur Édesse (actuellement Urfa en Turquie), dans une région que l’on nommait l’Osrohène, qui a fait longtemps partie de l’empire Romain ; tandis que la seconde était constituée par la Mésopotamie et par l’Iran actuels où dominait l’empire Perse. La religion officielle était le Mazdéisme et les chrétiens y furent durement persécutés car souvent considérés comme faisant partie d’une « cinquième colonne ».

Les traditions de la région d’Édesse sont antérieures à l’époque apostolique, puisque : « L’Enseignement d’Addaï (Thadée) » mentionne un échange de lettres avec le Christ et la première icône « non faite de main d’homme ». Le christianisme ancien est traversé par des courants divers comme la gnose, l’ascétisme (l’encratisme), ainsi que des influences juives. Tous les textes syriaques sont écrits sous des formes poétiques, y compris les textes profanes. Parmi les premiers textes syriaques on trouve de très beaux textes gnostiques comme les « Odes de Salomon » ou l’« Évangile selon Thomas ». L’Apôtre Thomas, dont le nom en syriaque signifie « le jumeau », contribuera selon la tradition à répandre le christianisme jusqu’en Inde et en Chine. Ces reliques seront vénérées à Édesse.

Le siège de la chrétienté de l’Empire Perse se trouvait à Séleucie-Ctésiphon, un peu au sud de l’actuel Bagdad. Ce siège rester vacant pendant quarante ans en raison des persécutions (348-388). Puis, bénéficiant d’un répit sous le roi Yezdegerde (399-421), le synode de Séleucie-Ctésiphon adoptera les décisions du concile de Nicée.

Des courants ascétiques originaux se développent dans le monde syriaque, comme les « Fils » ou les « Filles de l’Alliance », laïcs vivant au sein de la communauté mais non mariés. Dans le domaine théologique deux courants vont s’affronter l’un est un courant cyrillien, issu d’Égypte et de saint Cyrille d’Alexandrie, l’autre est un courant qui va se rattacher à l’école d’Antioche et à Théodore de Mopsueste, qui devint la référence de la chrétienté de l’Empire Perse.

Face au développement d’un ascétisme désordonné qui mettait l’accent sur la présence sensible de l’Esprit Saint, et à certains ascètes qui rejettent l’Église et les sacrements, le « Livre des Degrés » insistera sur l’importance de l’Église visible comme image de l’Église céleste. Si toute la littérature syriaques est influencée par la poésie, saint Éphrem (306-373) se fera connaître par la beauté de ses hymnes. Originaire de Nisibe et « Fils de l’Alliance », il devra se réfugier à Édesse en raison de la pression perse. Il influencera les « kondakia » de l’Église byzantine.

Parmi les auteurs spirituels Jean d’Apamée (fin IVème, début Vème) est à l’origine d’une distinction des étapes de la vie spirituelle qui sera reprise par la suite aussi bien par Isaac de Ninive que par Jean de Dalyatha. Il distingue en effet :
1. Les corporels ou somatiques
2. Les psychiques.
3. Les spirituels ou pneumatiques.

Les somatiques s’adonnant librement aux convoitises de la chair, les psychiques s’élèvent pour leur part au-dessus des convoitises matérielles et s’approchent de la vraie nature de l’âme et luttant contre les pensées passionnées, ils s’efforcent de dominer leurs appétits. Les spirituels quant à eux placent leur entendement dans la sagesse de Dieu.

Les grands mystiques syriaques des VIIème et VIIIème siècles seront aussi influencés par deux apports importants : celui d’Évagre le Pontique et celui des Homélies Macariennes. C’est ce que nous étudierons dans les prochaines conférences.

Yvan Koenig

Voir aussi:

Vidéo

Dans: AudioCentre "Dumitru Staniloae"Centre "Dumitru Staniloae"Video
Mots-clé:

Sur l'auteur ()

Retraité depuis peu, Yvan Koenig a été chercheur au CNRS, enseignant à l’EPHE et à l’Institut Catholique. Égyptologue, il s’est spécialisé dans le déchiffrement et la publication des papyrus. Il a également traduit du grec moderne plusieurs ouvrages de spiritualité orthodoxe publiés aux éditions de l’Âge d’Homme et aux éditions du Cerf. Il est professeur invité à l’Institut Saint Serge (théologie ascétique).

Laisser une réponse

Back to Top