2017-12-11 Centre « Dumitru Staniloae »: Yvan Koenig – Patristique. La mystique syriaque (2). Séminaire 2e cycle (master)

15 décembre 20170 commentaires

2017-12-11 Centre « Dumitru Staniloae »: Pr. Yvan Koenig – Patristique. La mystique syriaque (2). Séminaire 2e cycle (audio mp3, podcast et vidéo)

Pr. Yvan KoenigDeuxième séminaire de Patristique, 2e cycle (master), du professeur Yvan Koenig, dans l’année académique 2017-2018, sur La mystique syriaque (2): La réception syriaque d’Évagre le Pontique.

Le Pr. Yvan Koenig assure les cours de Patristique (voir le programme des cours du 1er semestre 2017-2018) dans le cadre du Centre Orthodoxe d’Études et de Recherche « Dumitru Staniloae » (année universitaire 2017-2018).

Écouter

Écoutez la conférence en podcast audio: 1 heure et 40 minutes de conférence.

[ Cliquez sur la flèche du player pour commencer à écouter l’audio. ]

Télécharger

Téléchargez le fichier audio mp3 (62 Mo): 2017-12-11-cds-yvan-koenig-patristique-mystique-syriaque.mp3.

Présentation de la deuxième conférence sur la mystique syriaque (11 décembre 2017): La réception syriaque d’Évagre le Pontique (résumé)

Évagre le Pontique est d’une grande importance pour la spiritualité orthodoxe. Il a fixé le vocabulaire et les étapes de la vie spirituelle. On l’a d’abord connu au travers de ses œuvres ascétiques et mystiques, qui sont maintenant publiées dans la collection « Sources Chrétiennes », et en particulier le Traité Pratique, Le Gnostique, le Traité sur les pensées, et tout récemment les Chapitres sur la prière. Ces publications furent l’œuvre de A. Guillaumont, puis de P. Géhin. Ces grands textes spirituels ont été intégrés dans la tradition de l’Église et font parfois partie de la Philocalie. Cependant, on savait que le Concile de Constantinople en 553 avait explicitement condamné Évagre, mais on ne trouvait aucune des propositions condamnées dans ses œuvres, ce qui fait que les chercheurs pensaient que ces condamnations étaient injustifiées. De fait, Évagre avait concentré ses conceptions cosmologiques dans une seule œuvre, les « Chapitres Gnostiques » ou Kephalaia Gnostica. Or cet ouvrage n’existe plus en grec. Ce n’est qu’en 1912 qu’un savant W. Frankenberg en retrouva une version syriaque (S1), puis A. Guillaumont découvrit une autre version du texte (S2) en 1952. L’étude révéla que la version S2, la plus origéniste, était la traduction de la version originale, alors que la version la moins origéniste (S1) avait été volontairement débarrassée de ses traits les plus origénistes. C’est cette version qui fut la plus répandue en milieu syriaque. De plus, A. Guillaumont retrouva dans la version S2 l’essentiel des propositions condamnées par le concile de Constantinople.

Donc le monde syriaque reçut cette version « allégée », et c’est elle qui fut commentée. Les principaux commentateurs qu’ils appartiennent à l’Église syriaque de Perse comme Babaï le grand qui fut jusqu’en 628 le chef de l’Église de Perse, ou Denys Bar Salibi de l’Église Jacobite, qui vécut au XIIe siècle, sont des opposants à l’origénisme, ils vont donc interpréter le texte d’Évagre comme étant un non seulement orthodoxe, mais même anti-origéniste.

L’origénisme fut cependant représenté par Étienne Bar Soudaïli, qui se réfugia en Palestine en raison de ses opinons.

Ainsi les Chapitres Gnostiques, œuvre origéniste par excellence, ont eu un sort différent dans le monde grec et chez les syriens. Le livre fut carrément supprimé et disparu de la tradition grecque, alors que les Syriens vont recevoir la totalité de l’œuvre d’Évagre. Cependant par la traduction qu’ils firent des Kephalaia Gnostica, et les commentaires qu’ils en donnèrent, ils vont transformer radicalement cette œuvre, jusqu’à en faire une œuvre antiorigéniste.

Ainsi le monde grec comme le monde syriaque va recevoir l’œuvre d’Évagre, en supprimant de façon différente, son caractère origéniste.

Yvan Koenig

Voir aussi:

Vidéo

Dans: AudioCentre "Dumitru Staniloae"Centre "Dumitru Staniloae"Video
Mots-clé:

Sur l'auteur ()

Retraité depuis peu, Yvan Koenig a été chercheur au CNRS, enseignant à l’EPHE et à l’Institut Catholique. Égyptologue, il s’est spécialisé dans le déchiffrement et la publication des papyrus. Il a également traduit du grec moderne plusieurs ouvrages de spiritualité orthodoxe publiés aux éditions de l’Âge d’Homme et aux éditions du Cerf. Il est professeur invité à l’Institut Saint Serge (théologie ascétique).

Laisser une réponse

Back to Top