2018-06-25 Centre « Dumitru Staniloae »: Jean Boboc – Anthropologie/Bioéthique. Niveau 3.

20 septembre 20181 commentaire

2018-06-25 Centre « Dumitru Staniloae »: P. Jean Boboc – Anthropologie/Bioéthique, niveau 3 (audio mp3, podcast et vidéo)

Jean BobocCours d’Anthropologie/Bioéthique, niveau 3, du Père Jean Boboc au Centre Dumitru Staniloae, en l’année académique 2017-2018.

Voir aussi: le programme des cours du 2e semestre 2017-2018 dans le cadre du Centre Orthodoxe d’Études et de Recherche « Dumitru Staniloae » (année universitaire 2017-2018).

Écouter

Écoutez le cours en podcast audio: 1 heure et 4 minutes.

[ Cliquez sur la flèche du player pour commencer à écouter l’audio. ]

Télécharger

Téléchargez le fichier audio mp3 (40 Mo): 2018-06-25-cds-jean-boboc-anthropologie-bioethique.mp3.

Vidéo

Dans: AudioCentre "Dumitru Staniloae"Centre "Dumitru Staniloae"Video
Mots-clé:

Sur l'auteur ()

Ordonné prêtre le 10 mai 2009, par son Éminence le Métropolite Joseph dans l’Église des saints Archanges Mihaï, Gavriil et Rafaïl, devenue le jour même Cathédrale métropolitaine de la métropole orthodoxe roumaine d’Europe occidentale et méridionale par la décision à l’unanimité de la communauté roumaine de se rattacher désormais à la Métropole et de mettre fin à 60 ans de séparation entre la communauté de l’exil et l’Église mère, le père Jean Boboc a été ordonné pour cette cathédrale. Prêtre économe stavrophore, le père Jean est le troisième prêtre de la cathédrale. Français d’origine roumaine, le père Jean Boboc est Docteur en médecine de la Faculté de médecine de Paris. Titulaire de différentes spécialités médicales et en particulier de Pharmacologie et Toxicologie cliniques, il a partagé sa vie professionnelle entre la pratique praticienne et la recherche appliquée. Titulaire d’un MBA dans l’administration des affaires, il a dirigé différentes firmes pharmaceutiques comme président et en particulier aux Etats Unis et au Canada, ce qui l’a familiarisé aux problèmes éthiques de la recherche médicale. Parallèlement, le père Jean a mené une vie active dans l’Exil roumain en France et en Amérique du Nord. Président fondateur de l’AFDOR (Association des Français d’Origine Roumaine) et de la BRP (Bibliothèque Roumaine de Paris), associations particulièrement utiles durant la guerre froide, le père Jean a donné de nombreuses conférences des deux côtés de l’Atlantique, sur la situation historique roumaine et en particulier sur la question des territoires de Bessarabie et de Bucovine, annexés par l’Union soviétique et toujours occupés ou annexés. Il a de même écrit sur ce sujet de nombreux articles et participé à des ouvrages collectifs traitant de ces questions. Un recueil de certains écrits politiques de Mihaï Eminescu, traduits en français, est d’ailleurs attendu. Sous l’influence de Mircea Eliade, le père Jean a parallèlement à ses études médicales, suivi les cours de l’ISTR (Institut de Science et de Théologie des Religions) de l’Institut catholique de Paris. De retour des Etats Unis, il rejoint l’Institut de Théologie Orthodoxe Saint-Serge, où il obtient une licence et un master de théologie orthodoxe, et où il doit soutenir bientôt une thèse de doctorat sur les aspects eschatologiques de l’anthropologie orthodoxe. Un Essai d’anthropologie orthodoxe est aussi en cours de rédaction. Co-traducteur des œuvres théologiques du père Dumitru Staniloae, le père Jean Boboc s’intéresse essentiellement aux aspects pneumatiques et eschatologiques de l’anthropologie orthodoxe et à leur impact sur les sciences de la vie, et donc aux questions brûlantes de la bioéthique actuelle.

Commentaires (1)

Trackback URL | RSS Feed pour les commentaires

  1. Prof. Dr. Dimitri-René BUSTAN dit :

    C’est pour la première fois, ce jour du 19 septembre 2018, que je prends connaissance, avec grande joie, des multiples préoccupations scientifiques et théologiques du Père Docteur Jean BOBOC, que je ne connaissais jusque là que partiellement et de façon fragmentaire. Mon respect et mes appréciations face à la haute personnalité du Père Jean ne font que s’accroître à cette occasion avec, pourtant, un goût amer que m’a laissé la mise en place du Centre « Dumitru Staniloae » quant à son côté « CULTURE » par rapport à son côté « THEOLOGIE », le premier étant presque contourné et écarté, en faveur du second, malgré ma proposition de Projet avant fondation de ce Centre. Et ce, au moment où la Culture (économique, scientifique, philosophique etc.), CREATION de l’homme, fait des efforts de plus en plus soutenus pour stoper les dérives de notre civilisation, dite moderne et progressiste, pour oeuvrer au bénéfice de l’Homme, CREATION divine. Et au moment où les serviteurs de Dieu ont et doivent avoir toujours plus,
    à côté de leur mission théologique, une profonde mission culturelle (surtout économique et scientifique), éducative et de recherche du bien-être,de la vérité et de la justice

Laisser une réponse

Back to Top