2013-05-22 Centre « Dumitru Staniloae »: Pr. Yvan Koenig – «Lecture commentée des Conférences de saint Jean Cassien (II): Les Conférences 9 et 10» (audio)

8 June 20130 commentaires

2013-05-22 Centre « Dumitru Staniloae »: Pr. Yvan Koenig – «Lecture commentée des Conférences de saint Jean Cassien (II): Les Conférences 9 et 10» (audio + pdf)

Yvan-KoenigLors de cette conférence, le professeur Yvan Koenig fait une lecture commentée des conférences 9 et 10 de saint Jean Cassien, qui sont attribuées à l’abbé Isaac, moine de Scété.

Conférence dans le cadre du cours “Lire saint Jean Cassien aujourd’hui” (2013), au Centre Orthodoxe d’Étude et de Recherche Dumitru Stàniloae (voir le programme complet des cours) à Paris.

Résumé de la conférence

Les Conférences constituent l’œuvre majeure de saint Jean Cassien. Ce sont des entretiens entre Germain et Cassien, qui posent des questions, suivies des réponses des Pères. Chaque Conférence traite d’un sujet précis et un seul Père spirituel ou abba peut être l’auteur de plusieurs Conférences. Celles-ci ne prétendent pas être un «reportage», mais retracent le parcours spirituel vécu par Cassien et son ami depuis leur arrivée en Égypte. Elles ne sont pas proposées dans l’ordre, les dix premières retranscrivant des entretiens qui eurent lieu à Scété (sauf la 6e qui eut lieu au Kellia), alors que les autres leur sont chronologiquement antérieures. Elles font suite aux Institutions et forment un tout cohérent avec elles. Nous suivrons le découpage en trois volumes proposé par les Sources Chrétiennes.

Les Conférences 9 et 10 :

Saint Jean Cassien avait primitivement conçu une œuvre bipartite, correspondant aux deux phases de la vie spirituelle. La première les « institutions Cénobitiques » étant liée aux activités de « l’homme extérieur », alors que la seconde, les « Conférences » correspondait à celles de « l’homme intérieur ». La première édition ne comportait que dix Conférences, les deux dernières constituant un sommet dans l’œuvre de Cassien. Elles sont attribuées à l’abbé Isaac, moine de Scété. Le succès rencontré par ces deux ouvrages poussa son auteur à les compléter par d’autres conférences.

La Conférence 9 :

On sait que la spiritualité monastique était préoccupée par l’injonction de saint Paul : « Priez sans cesse » (1 Thess. 5, 17) tout en voulant suivre son exemple lui qui dans la la seconde Épître aux mêmes (3,8), explique qu’il travaille « nuit et jour » pour n’être à charge de personne. La prière étant conçu comme un dialogue entre l’âme et Dieu, elle se situe au centre de la vie spirituelle et implique que l’âme ne soit pas perturbée par les passions : tel est le sens de l’ascétisme : « cultiver la terre de notre cœur avec la charrue de l’Évangile » (Conf. 1.22.2), la pureté du cœur est la condition nécessaire pour réaliser ce qui est la fin du moine : « mériter de posséder l’image de la béatitude future dans ce corps » (Conf. 10.7.3). Le moine anticipe dans ce monde la béatitude céleste. La préparation du moine est donc fondamentale : « Nous devons nous préparer avant le temps de la prière, à être l’orant que nous souhaitons être ». (Conf. 9.2.1.2). Cassien va se concentrer sur les quatre formes de prières préconisées par saint Paul (1 Tim.2, 1) en les mettant en relation avec des attitudes plus profondes qui marquent les progrès du moine (Conf. 9.9.1-17.3). Finalement, il cite le Notre Père comme étant le modèle de la prière chrétienne et en fait une analyse d’une grande profondeur spirituelle.

La Conférence 10 :

Dans sa lutte contre le paganisme, le patriarche Théophile avait impulsé la destruction du Sérapéum d’Alexandrie, temple du dieu païen Sérapis. Dans une lettre festale, il s’en prend aussi à ceux qui parmi les moines interprètent le verset de la Genèse I, 26 « Faisons un homme selon notre image et selon notre ressemblance », en faisant de Dieu un être à forme humaine.
C’est ce que l’on appelé la querelle « anthropomorphite ». De plus comment répondre aux injonctions de saint Paul, et étant donné l’instabilité et la vulnérabilité de l’intellect, comment arriver à le fixer ? À toutes ces questions, l’abbé Isaac va répondre en préconisant la prière pure, sans interruption, sans image et sans paroles. Dans ce but, il préconise la répétition de versets psalmiques tirés du psaume 69, 1 : « O Dieu sois attentif à me secourir, Seigneur hâte-toi de venir à mon aide », cette prière pouvant être pratiquée en toutes circonstances comme « un rempart inexpugnable pour ceux qui combattent les attaques du démon ». Mais il va encore plus loin, en expliquant qu’il y a un au-delà de la prière « ineffable, et transcendant toute pensée humaine », qu’il nomme la « prière de feu » : « Par cette voie, notre âme parviendra à la pureté de la prière … selon la grâce que le Seigneur daigna nous départir. Cette prière ne s’occupe à la considération d’aucune image ; davantage, elle ne s’exprime ni par la parole ni avec des mots ; mais elle jaillit dans un élan tout de feu, un ineffable transport, une impétuosité d’esprit insatiable. Ravie hors des sens et de tout le visible, c’est par des gémissements inénarrables et des soupirs que l’intellect (mens – Noter que le mot latin mens qui correspond au noûs grec est systématiquement traduit en français dans l’édition des Sources Chrétiennes par le mot « âme ».) s’épanche vers Dieu ». (Conf. 10.11.6).

Écouter

Écoutez en podcast audio: une heure et 34 minutes de conférence et questions-réponses.

Télécharger

Fichier audio mp3 de la conférence

Téléchargez le fichier audio mp3 (43 Mo): 2013-05-22-cds-yvan-koenig-final64.mp3.

Fichiers PDF

Consultez et/ou téléchargez les fichiers PDF contenant:

*les Conférences de St Jean Cassien se trouvent sur Internet: http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/peres/cassien/index.htm

Dans: AudioCentre "Dumitru Staniloae"
Mots-clé:

Sur l'auteur ()

Retraité depuis peu, Yvan Koenig a été chercheur au CNRS, enseignant à l’EPHE et à l’Institut Catholique. Égyptologue, il s’est spécialisé dans le déchiffrement et la publication des papyrus. Il a également traduit du grec moderne plusieurs ouvrages de spiritualité orthodoxe publiés aux éditions de l’Âge d’Homme et aux éditions du Cerf. Il est professeur invité à l’Institut Saint Serge (théologie ascétique).

Laisser une réponse

Back to Top